Le SDIS 29 s'équipe de CRIMSON pour accompagner sa conduite opérationnelle en situation de crise


SIDS 29

En Février dernier, une convention de partenariat a été signée entre l’Entente de Valabre, Pole Nouvelles technologies et gestion des risques (PONT) et le SDIS 29. La convention a pour objectif de définir un cadre à la collaboration étroite entre les parties signataires pour l’utilisation et le développement d’un nouveau logiciel d’aide à la gestion des situations de crise (CRIMSON), au sein du projet nommé ANANKE.

Le projet ANANKE est né du besoin primordial de maîtriser la gestion d’une crise et à assurer le maintien de la sécurité pour être efficace grâce au recours à des outils d’aide à la décision.

Très sensible aux risques rencontrés sur son territoire, et notamment le risque inondation, Quimperlé a endossé le rôle de ville-pilote pour tester et développer le logiciel issu du projet ANANKE, contribuant ainsi à son optimisation. Aujourd’hui, le développement du logiciel est porté par la société DIGINEXT.

Véritable outil d’aide au pilotage et de partage de la situation de crise, le logiciel CRIMSON est conçu pour être utilisé au sein des Postes de Commandement Avancé (PCA) des sapeurs-pompiers ou des Postes de Commandement Communaux (PCC).

Il doit permettre :

  • Le partage des informations liées à la situation de crise,
  • Une visualisation des informations de remontées terrain en temps réel
  • Une information et interaction des acteurs et responsables par interface mobile
  • La coordination des moyens humains et matériels,
  • La gestion des capacités d’hébergement et des moyens privés,
  • Le traitement optimisé de l’information,
  • Le traitement d’outils graphiques et statistiques,
  • Le retour d’expérience.

La solution est pensée pour intégrer à terme :

  • La surveillance des réseaux sociaux
  • ,
  • La gestion de l’alerte de la population,
  • L’intégration de sources d’informations multiples (flux drone, flux caméra de surveillance...)
  • A l'instar de Quimperlé, il est souhaitable que les communes présentant des risques sur leur territoire puissent faire l'acquisition d'un tel outil de gestion des crises.